Investir dans les forêts et les ressources naturelles : expériences et opportunités

domaine a vendre

Les investissements forestiers font leur entrée dans la finance durable, dans le cadre de stratégies d’investissement durable et responsable, et d’investissements ayant un impact positif sur l’environnement, la société et la gouvernance , en particulier en ce qui concerne les questions liées au changement climatique. Les forêts et les ressources naturelles ne sont pas seulement un secteur d’investissement durable aujourd’hui, mais aussi un secteur stratégique.

Pourquoi investir dans les forêts ?

D’un point de vue financier, l’inclusion d’investissements forestiers dans les portefeuilles d’investissement offre plusieurs avantages : ils présentent une faible volatilité, un rendement élevé par rapport au risque de l’investissement et une faible corrélation avec d’autres classes d’actifs, ce qui permet de réduire la part de risque dans le portefeuille d’investissement. En outre, ils protègent l’investisseur des effets de l’inflation sur la valeur de l’investissement. Les arbres poussent indépendamment des crises économiques et des conditions des marchés financiers.

L’industrie forestière est dynamique, innovante et économiquement importante. Ainsi, si vous êtes intéressé par les offres de forêts et domaine à vendre, Domaines & Forêts peut être votre meilleur interlocuteur. Située à 6 rue de la Ringouaire 36110 BRION, l’agence immobilière est surtout spécialisée dans l’immobilier de prestige. En ce sens, elle peut vous proposer des domaines à vendre avec bois de chasse, propriétés avec étang de pêche, villas de luxe en pleine nature, etc. Vous avez à votre service des experts qualifiés et expérimentés pour vous conseiller et vous accompagner tout au long de votre projet.

Types d’investissements forestiers

Un investissement forestier est une allocation de capital financier dans un actif réel, consistant en l’acquisition et la gestion active d’une forêt dans le but d’obtenir un rendement financier. La valeur d’un investissement forestier provient de quatre composantes : la croissance biologique des arbres producteurs de bois, l’augmentation de la valeur des terres forestières ou des terres affectées par une sylviculture et une gestion forestière responsables, l’augmentation à moyen et long terme du prix du bois et des produits dérivés, et ce que l’on appelle le High and Better Use (Hbu), la vente de services et de produits forestiers innovants, tels que la séquestration du CO2, les services récréatifs, la protection de la biodiversité, la conservation des sols et d’autres services écosystémiques.

Il existe plusieurs moyens de financer les forêts : les subventions forestières européennes, les programmes européens de soutien au capital naturel et aux investissements forestiers durables, les programmes forestiers nationaux et les programmes de soutien aux paiements pour services écosystémiques, les financements multilatéraux, les crédits carbone, les obligations vertes et les investissements à impact responsable.

Mesurer les effets positifs des forêts

Les forêts remplissent non seulement une fonction fondamentale d’absorption du dioxyde de carbone (Co2), mais elles constituent également un habitat pour la majeure partie de la biodiversité terrestre, préservent les propriétés du sol et le cycle hydrogéologique, et fournissent des emplois, des matières premières et des denrées alimentaires. Dans les villes, les arbres absorbent le bruit et la chaleur, réduisant ainsi la consommation d’air conditionné et augmentant la valeur des propriétés. En outre, la demande sociale d’utilisation des forêts à des fins récréatives a augmenté ces dernières années.

Afin d’encourager les investissements forestiers, il devient donc essentiel de pouvoir mesurer et rapporter les impacts positifs de la gestion durable des forêts, et de disposer d’un outil pour les garantir. Aujourd’hui, il existe plus de 50 normes, protocoles de qualité et systèmes d’évaluation applicables aux investissements forestiers pour garantir la durabilité environnementale et réduire les risques technologiques, juridiques, sociaux et de réputation.